La Genèse

ou comment la vie et les rêves des uns et des autres se sont croisés pour, de l’Europe à l’Orient, créer un projet culturel qui est aussi une histoire d’humanité…

Il est impossible de retrouver la date d’origine de cette histoire.
Pour les uns, elle commence dans les années 1870, lorsque des musiciens ont décidé de créer une fanfare dans un village en Belgique.
Pour un autre, elle commence en 1948, quand sa famille doit fuir Bethléem et se réfugier dans un camp à Ramallah.
Pour un autre encore, délégué commercial à La Louvière, l’histoire commence lorsqu‘il décide de tout abandonner pour se consacrer à la musique. En chemin, il rencontrera la chorale Un Café, Deux Trois Chants.
Autre encore est l’histoire de celui-ci, issu d’une bonne famille tournaisienne, dont la carrière est toute tracée dans l’enseignement fondamental, qui s’engage dans la musique, puis dans le théâtre action. Plus tard, il créera La fanfare détournée.
Ou encore celle de celui-là, issu d’une grande famille chrétienne de Tournai, formé à la musique classique, chargé, dans la maison de la culture, d’assurer la programmation de diffusions musicales, qui se lance dans le projet un peu fou de développer, pour les amateurs et les professionnels, des pratiques musicales qui confronteront musiques traditionnelles et musiques de fanfare.

Cette histoire, c’est aussi celle de beaucoup de gens simples, venus des deux côtés de la frontière franco-belge, qui, en amateurs, au fil des ans, donnent de leur temps à la musique et au chant.

Le projet jawla PALESTINA 2017 trouve son origine dans l’improbable rencontre entre des humains, amoureux de la musique, issus d’horizons incroyablement disparates.